Browsing Category

Mes bébés

IMG_6038
Mes bébés

{Concours} Avec Rivadouce, je masse bébé !

Melle Potiron est trèèès tactile et adooore les massages, dès que je pose mes mains sur ses pieds elle ne bouge plus et attend de voir ce qu’il va se passer. Autant dire que de mon côté, je craque complètement sur ses petits pieds potelés donc je ne me prive pas de la masser.

Le massage bébé offre en plus plein de bienfaits et notamment le fait de soulager quelques petites douleurs lors des troubles digestifs, d’apporter un bien-être général grâce au contact peau à peau, de favoriser l’apaisement et le sommeil (bon ici ça ne marche pas trop…) et surtout de renforcer le lien enfant-parent pendant un moment privilégié. C’est SON moment à elle, rien que toutes les 2 et c’est important surtout pour un petit deuxième qui parfois a du mal à avoir des moments uniques avec maman :)

J’ai eu l’occasion de tester les produits RIVADOUCE Bébé, marque qui propose notamment une huile de massage avec seulement 5 ingrédients, dont 99% d’origine naturelle et hypoallergénique. Avec la peau réactive de Melle Potiron je me méfie toujours mais ici aucune réaction à déplorer, j’utilise d’ailleurs moi-même le gel lavant (^^).

Comme ils sont très gentils chez RIVADOUCE, ils vous proposent aussi de gagner les mêmes produits que j’ai testés, le gel lavant, l’huile de massage et la crème pour le change.

Pour cela c’est très simple :

> Laisse un commentaire sous cette page en me précisant quel produit tu souhaites tester le plus (entre le gel lavant, l’huile de massage et la crème pour le change, sachant que si tu gagnes tu les reçois tous hein :)

> Partage ce concours si le coeur t’en dit <3

> Like la page Facebook de Rivadouce Bébé et la mienne aussi si tu le souhaites.

> Date limite du concours : 19 février à minuit moins 1 !!!!

ET SINON… #bonplan à partager : profitez de 5€ de réduction sans minimum d’achat et la livraison offerte dès 20€ d’achats jusqu’au 30/05/17 avec le code ROCR !

EDIT // Concours clos // Merci à toutes pour votre participation.

C’est le numéro 6 qui emporte le lot Rivadouce, bravo !
Capture d’écran 2017-02-20 à 21.25.35

IMG_5185
Mes bébés

Et tout à coup tu as 1 an…

Je n’écris plus beaucoup ici comme vous avez pu le voir, entre le travail et le BTS, entre les enfants et les tâches du quotidien, je trouve qu’il est bien difficile de s’en sortir. Parfois, j’aimerai arrêter de travailler si je pouvais, parfois j’aimerai être en vacances aussi, seule tant qu’à faire  mais bon c’est pas pour tout de suite. Et puis ma toute petite a eu 1 an, ça m’a remué parce que je me suis dit que cette année était passée à la vitesse de la lumière et que je peinais à me souvenir d’elle à 3, 5, 9 mois sauf si je regardais des photos. C’est passé tellement vite que je ne comprends pas ce qu’il s’est passé et comment un jour comme hier, ma fille a eu 1 an tout à coup, sans crier gare.

Oh j’ai bien vu que tu commençais à faire quelques pas mal assurés en te tenant au canapé ou à une chaise, j’ai bien vu que ton petit caractère s’affirmait et que désormais tu savais pleurer si ton frère s’approchait trop de moi. J’ai bien vu aussi que le 12 mois commençait à être juste et que tous les petits vêtements en 3 et 6 mois étaient partis chez l’Alouette de Maman au balcon. J’ai bien vu aussi que certains jouets ne t’intéressaient plus du tout et que ton truc c’était la musique et les livres mais que par dessus tout c’était escalader qui te faisait vibrer et sourire.

Bien sûr, j’ai vu que tes cheveux avaient poussé, qu’ils s’étaient éclaircis mais que tes yeux étaient restés bleus (merci la génétique ça me fait trop plaisir). J’ai vu aussi que tu faisais des calins à des poupées à la crèche et que peut-être je devais enlever de ma tête le fait que offrir une poupée à ma fille était un parfait cliché. Parce que peut-être tu aimes bien ça les poupées. Chez la pédiatre pour tes 1 an, tu as vu une petite poupée Corolle noire, si jolie, tu as voulu la prendre dans tes bras et tu as fait un calin. Alors je me suis dit que pour le coup ton frère n’avait jamais fait ça et que peut-être tu aimais bien les poupées, toi, Melle Potiron, fille ou garçon on s’en fout.

J’ai bien ressenti que tu étais toujours aussi câline et que tu aimais toujours autant être allaitée. Que c’est un bonheur pour toutes les deux mais que tu as aussi compris du haut de tes 1 an que la nuit c’est fini, on ne tête plus, maman est trop fatiguée. Alors, maintenant tu dors de 20h à 4h du matin non stop et ensuite, parce que j’aime te sentir encore contre moi, tu viens dans le lit pour une tétée et une fin de nuit entre papa et maman. Vers 6h30, ton frère se faufile aussi à côté de moi dans le lit et on se retrouve là tous les 4 ensemble. Tous les matins c’est le même rituel et j’avoue j’aime ça.

J’ai vu tout ça, j’ai vu aussi les nuits hachées qui me semblent infinies avec toi, ton besoin d’être près de moi et tes réveils à répétition, mais j’ai vu ton sourire à 6 dents, tes yeux en amande qui font tant parler quand on te regarde, tes conversations sans fin à voix haute quand tu es toute seule dans ta chambre et je me suis dit que OUI cette année avait été riche de plein de  belles choses, de plein d’émotions et d’amour sans faille. Je suis si heureuse que ce soit toi qui soit parmi nous, en regardant mes cours de génétique, je me dis que purée c’est un sacré beau mélange qu’on a fait là. J’espère être là pour toi trèèèès longtemps pour voir grandir ce petit brin de fillette que tu vas devenir.

A ma petite poupette

A mon Elise

FullSizeRender(3)
Mes bébés

La culpabilité de la mère qui allaite et qui fatigue

Cela fait longtemps que cet article me trotte dans la tête, mais je n’avais ni le temps de l’écrire, ni l’énergie et puis j’avais aussi peur de pleurer à chaque phrase…

L’allaitement avec Melle Potiron a été très (très) difficile à mettre en place, nombre de mes copines m’ont dit que j’étais dingue de me faire souffrir autant, parfois même je me suis dit que j’étais maso et que j’aimais souffrir tellement ce premier mois de vie a été compliqué. J’ai eu des crevasses, j’ai souffert le martyre (j’ai accouché sans péridurale hein, bah je préfère accoucher sans péridurale donc), j’ai beaucoup pleuré et cherché des solutions. Heureusement j’ai été soutenu par mon chéri, par mes copines et par un désir inébranlable d’allaiter cette petite puce qui venait de naitre et qui avait tant envie de têter et de s’agripper à moi de toutes ses forces.

Cette petite poupette va bientôt avoir 1 an (dans un mois…) et je l’allaite toujours. Après ce mois de douleur, tout n’a été que bonheur, aucune autre douleur à déplorer, aucun problème de prise de sein, tout a roulé. Je suis son doudou, sa tétine, son phare dans la mer, son rocher, tout cela a plein d’avantages et je crois que parfois je me glorifie intérieurement d’être tout ça. Etre maman, c’est aussi se dire que parfois on est irremplaçable et que les 9 mois passés dans le ventre crée vraiment un lien particulier.

Pourtant depuis sa naissance Melle Potiron a le sommeil très compliqué. Au départ elle a dormi à côté de nous, en lit cododo, puis entre nous, puis parfois que toutes les deux pour ne pas embêter papa, puis dans sa chambre et je me levais 5/6 fois dans la nuit en espérant qu’avec le temps ça ira mieux… Mais à l’aube de ses 1 an, rien n’a changé, je me lève encore 4 ou 5 fois dans la nuit pour retrouver un bébé en pleur, assis dans son lit, perdu, qui accroche mon regard et me saute dans les bras, regulièrement elle finit donc sa nuit dans notre lit (et elle dort super bien la bougresse). Alors vous me direz pourquoi ne pas continuer comme ça ? Parce que je suis épuisée, parce qu’elle bouge énormément et que je ne dors pas vraiment quand elle est à côté, parce que j’aimerai retrouver MON lit, lire le soir tranquille, parler à mon chéri, et dormir surtout, dormir putain.

Quand est-elle devenu cette petite fille qui a besoin d’être constamment rassurée ? J’ai passé 10 mois avec elle non stop, jour et nuit, sans relai, jamais. Je suis présente, au détriment parfois/souvent de son frère, et pourtant lorsque je ne suis pas là elle est comme en manque, me cherche partout. M. Geek me dit que parfois, s’il doit la garder, qu’il soit là ou pas ça ne change rien : elle pleure et cherche ma présence.

Alors je me dis que je devrais stopper l’allaitement, ce lien que nous avons, si particulier, de peau à peau, pour lui donner son envol. J’aimerai au fond de moi le faire, mais j’ai l’impression que je ne suis pas prête et surtout qu’ELLE n’est pas prête. Par quoi va-t-elle me remplacer ? Par quelle frustration va-t-elle passer ? Est-ce que je lui rends service ou au contraire est-ce que je la fais stagner dans une situation qui n’est « pas bonne » pour elle ?

Entre les réseaux sociaux, les articles de blog, les mamans, les mamies, les amis, les conseils du pédiatre (que je ne sais pas tout ça sinon il me prendrait pour une extraterrestre), je ne sais plus à quel « sein » me vouer… Est-ce que je dois arrêter pour me faire souffler, me reposer, partir quelques jours, revenir sereine, lui donner l’opportunité de s’attacher à autre chose (un doudou ?) OU est-ce que je continue comme ça fatiguée des nuits hachées, fatiguée d’être son seul point d’ancrage et d’assurance, mais heureuse de savoir que ça lui convient à priori ?

Je suis convaincue par l’allaitement, et jamais je n’aurai cru allaiter aussi longtemps, jamais. J’ai du mal avec les allaitements longs, je ne sais pas pourquoi. Pourtant, je culpabilise de lui retirer le sein alors qu’elle a l’air d’en avoir tant besoin la nuit, quand elle se fait mal, quand elle veut s’endormir, quand elle veut un calin, quand elle veut se rassurer…

Entre les partisanes du cododo/allaitement long et celles du « mets-la dans sa chambre et laisse la pleurer » j’avoue que je suis entre deux, j’aimerai retrouver ma chambre d’adulte, j’aimerai qu’elle dorme sereinement (même 1 réveil je veux bien hein, même 1 nuit de 6h c’est déjà une super nuit), j’aimerai continuer de l’allaiter car je ne suis pas prête et j’aimerai aussi qu’on arrête de me dire que c’est parce que je l’allaite qu’elle ne dort pas, merci.

PS : désolée c’est probablement décousu, et plein de fautes mais j’ai pas relu :)

FullSizeRender(2)
Mes bébés

Mon petit diablotin de pré-rentrée

Mon Chachou,

Demain tu rentres en première section de maternelle. Oui déjà, je sais ça fait déjà 3 ans qu’on se dit que c’est très loin l’école, que lorsque tu y rentreras tu seras un petit garçon avec un caractère bien trempé. On ne s’est pas trompé… surtout pour le caractère.
Cette semaine, juste avant la rentrée, tu as été insupportable (et je mesure mes mots tu imagines bien), tu m’as poussé dans mes retranchements, tu m’as donné envie de te passer par la fenêtre, j’ai eu envie de te faire mal, parce que tu me faisais mal. Mal parce que tu as la tape facile et mal parce que ta phrase préférée ça a été « j’aime pas maman » quand je te demandais pourquoi tu me tapais. Pourtant à la maison, on ne crie pas, on ne tape pas et on se fait beaucoup de câlins, alors je n’arrive pas à savoir d’où tu tires cet exemple et cette colère.

J’ai mis ça sur le compte de la rentrée qui doit te stresser, toi mon sensible. Parce que oui, je sais que derrière tes boucles blondes, tes colères, tes hurlements, tu es toujours mon bébé sensible à tous les changements. D’ailleurs cette semaine, nous avons cassé le mur entre la cuisine et le salon et cela t’a beaucoup perturbé, tous les soirs tu m’as demandé pourquoi le mur était parti et tu avais peur qu’on enlève le mur de ta chambre… J’ai même eu le droit à un coucher plein de pleurs d’angoisse à cause de ce mur. Je le sais le changement te fait peur et celui-ci en est un gros, depuis des semaines (des mois ?) on te parle de l’école, de cette étape que redoutent les parents. Tous les jours depuis 15 jours tu me demandes « et là maman elle est ouverte ma nécole ? ».

Tu en as fait des bêtises en 1 semaine, au hasard je pourrai te citer :

- Renverser un seau entier de terre sur la tête de ta sœur

- Déchirer la tapisserie de ta chambre

- Renverser le pot de chocolat en poudre

- Dessiner sur la tête de ta petite sœur (oui la pauvre elle prend cher)

- …

Tout ça bien consciemment, hein, on ne peut pas dire que tu n’avais pas vu ou que tu n’avais pas fait exprès, à chaque fois tu as attendu que j’ai le dos tourné, à chaque fois tu l’as fait après que je t’ai dit de te calmer….

 Tu as vu tu as été créatif, c’est le moins qu’on puisse dire.

Cette semaine a été difficile pour nous tous, entre les travaux et le camping à la maison que cela engendre, papa qui était parti quelques jours, l’adaptation à la crèche de Melle Potiron, les derniers achats, maman qui s’énerve beaucoup à cause de son travail…

Heureusement pour nous, la rentrée c’est demain, on va tous reprendre notre rythme, bien huilé d’ici quelques jours, un rythme rassurant qui nous portera jusqu’aux prochaines vacances.

Bonne rentrée mon lapin d’amour, mon p’tit cœur de beurre, ma tornade, mon démon à bouclettes, mon choubidou, mon amour, mon bébé.

IMG_3297
Mes bébés

Une demie année de Melle Potiron

6 mois, voilà c’est arrivé la demie année est bien là ! Mais comment c’est possible ? Comment c’est possible que cela fasse déjà 6 mois que tu es dans notre vie ? Qu’à chaque fois que tu croises quelqu’un nous avons le droit à (au choix) quels beaux yeux ! ou qu’est-ce qu’elle est souriante ! Oui c’est tout toi en fait, toujours souriante, même quand je dois te réveiller, même quand ton frère t’embête un peu, même quand tu ne connais pas la personne en face et j’aime ça chez toi, autant que je l’ai aimé pour Petit Pois, pareil à ton âge (et c’est toujours le cas, monsieur a pris la manie de dire BONZOUR à tous les gens qu’il croise avec un grand sourire, forcément ça éclate les mémés qui l’adorent).

Il y a quelques jours, nous avons fait la visite de la crèche, celle où je t’ai inscrite à 3 mois de grossesse en croisant les doigts pour qu’on soit pris dans celle-ci, petite et à 5 minutes à pied de la maison. Banco, il y a quelques jours nous avons eu une réponse positive et nous avons donc rencontré la directrice. Tu n’y rentreras que fin août mais déjà cela te met un pied avec « les grands » et moi ça me fait peur. Nous sommes tellement fusionnelles pour le moment, que je n’imagine pas bien comment va se passer la séparation. Tout sera différent que par rapport à ton frère, il est allé chez une nounou, tu vas aller en crèche, il y est allé à 15 mois et toi à 10, et puis surtout à 6 mois tu dors encore avec nous… Ce qui n’était pas le cas de ton frère qui faisait déjà de bonnes nuits avec juste 1 réveil ! A chaque enfant, son histoire.

Cela dit, je dois bien avouer que ça va mieux depuis quelques temps, avec un coucher vers 20h30, ton premier réveil est à 1h du matin environ puis vers 3h et enfin 7h/7h30 en fonction de l’heure où ton frère nous rejoint le matin. Alors oui j’aimerai bien que tu fusionnes bien vite ces 2 réveils rapprochés qui parfois piquent un peu mais je te laisse aller à ton rythme, je te fais confiance.

Le journée est quasi réglée comme du papier à musique, une sieste à 9h et une sieste à 13h, puis un petit roupillon sur papa ou sur moi vers 18h. Le reste du temps tu arpentes le salon en marche arrière ou à coup de traction avec les bras. Tu te mets dans la position du 4 pattes mais heureusement pour nous tu n’as pas encore compris comment avancer comme ça, parce que je sens que ça ne va pas tarder. Tes balancements dans cette position me montrent que bientôt tu nous rejoindras dans toutes les pièces ! Je suis toujours convaincue par la motricité libre et ta dextérité à descendre un matelas sans te faire mal mais en plaçant bien les genoux l’un après l’autre, ou à te déplacer, me montre que, une fois encore, ce mode de fonctionnement est le meilleur et que pour rien au monde je n’aurai envie de te contraindre à faire quoi que ce soit que tu ne saurais pas faire seule.

2 petites dents ont perçu 2 jours avant tes 6 mois, elles nous embêtaient depuis quelques semaines déjà et voilà boum ça y est ça a percé ! Côté alimentation, on commence doucement, mais alors vraiment doucement… On a tenté le brocoli, la carotte, les haricots verts et le céléri, bon 2/3 cuillères mais pas plus. On a tété un bout d’orange, de poire et de pomme, forcément no soucy hein. Donc on continue comme ça doucement… En relisant les 6 mois de Petit Pois, je me rends comme comme c’était différent, le fait de suivre ce que le pédiatre avait dit, le lait en poudre qui s’était invité en plus de l’allaitement et la diversification qui c’était déjà bien mise en place.

Pour l’allaitement, on continue en exclusif (si on enlève les 2 cuillères de légumes que je lui donne parfois), ça nous réussi très bien puisqu’on peut dire que tu prends (très) bien du poids. C’est toujours à la demande et ça te permet souvent de t’endormir, même si tu sais aussi le faire seule je l’ai remarqué plus d’une fois. Je n’ai pas du tout envie d’arrêter d’allaiter cette fois-ci, je suis peut-être encore mieux préparé, mieux dans mon corps et dans ma tête. Je n’ai eu aucune réflexion pour le moment, même quand j’ai demandé à la crèche s’il était possible d’apporter du lait maternel à la rentrée. Donc aucune raison de s’arrêter pour le moment, pas d’objectif, juste l’envie et le jour où elle partira on s’arrêtera tranquillement sans problème <3

En fait, j’ai l’impression que tout roule avec ma poupette, tu t’es parfaitement intégré dans notre famille, dans ta famille, tu es mon petit rayon de soleil, enfin résultat ça m’en fait 2 parce qu’on n’est pas en reste avec ton frère qui t’adore et qui veut toujours savoir où tu es, ce que tu fais et si tu peux venir à côté de lui. Pas un repas ne se passe sans qu’il te rapproche de lui pour manger… J’espère que cette complicité grandira, je ferai tout pour en tout cas.

Bon moiniversaire mon amour, ma poupette, mon bébé, ma mimoucha.

Loup-cauchemar
Mes bébés

1,2,3 ouf les loups sont partis… Gérer les cauchemars.

Depuis quelques jours, Petit Pois est entré dans une phase où la nuit lui fait un peu peur. J’avoue qu’à partir du moment où il a fait ses nuits, les couchers ont quasiment toujours été simples, je n’ai jamais eu à me plaindre de ça : une histoire, un bisou et bonne nuit. Et puis depuis quelques jours, il me dit « reste avec moi maman, allez un petit peu », j’ai le droit à de nombreux câlins avant de le laisser (ce qui n’est pas trop son genre d’habitude) et surtout 3 fois il s’est réveillé vers 3/4h du matin en criant : L’ARAIGNEE, L’ARAIGNEE !!!!! La première fois son père y est allé et l’a à moitié réveillé en le remettant dans le lit du coup il a encore plus hurlé et ne voulait plus qu’on le touche et les autres fois j’y suis allée après avoir lu qu’il valait mieux quasiment ne rien faire, juste lui poser la main sur la tête pour le rassurer et que souvent il se rendormait comme ça.

Du coup, la nuit dernière quand je suis arrivée dans sa chambre et que j’ai entendu hurler L’ARAIGNEEEEEEEE, j’ai posé ma main et je lui ai dit tout bas « c’est bon maman a chassé l’araignée elle n’est plus là tu peux dormir tranquille ». Et hop dodo.

Le soir, maintenant il nous dit qu’il y a des loups dans sa chambre. La première fois j’ai dit qu’il n’y en avait pas, bah oui tu vois bien y’a pas de loup de ta chambre. Puis je me suis souvenue que moi, petite (mais un peu plus grande quand même genre 6/7 ans) j’avais toujours l’impression qu’il y avait qqun dans ma chambre, sous mon lit et le fait que ma mère me dise que non il n’y avait personne, ça ne me rassurait pas du tout au contraire, je me disais qu’elle ne les voyait pas et ne me comprenait pas. Du coup, en me souvenant de ça, je me suis dit que ça ne servait à rien de dire ça mais plutôt d’aller dans son sens. Ca fait de super conversation du soir :

« Maman y’a des loups dans ma chambre

- Tu veux que je leur dise de partir ?

- Oui veux qu’ils soient pas là

- Ok, alors les loups je vous préviens Petit Pois est fatigué et a très envie de dormir, donc vous partez TOUT DE SUITE de sa chambre sinon ça va mal se passer hein.

- Ils sont partis ?

- Attend : 1, 2, 3 (je souffle dans la chambre), voilà les loups sont partis, hop on est tranquille.

- Merci môman, à demain »

J’ai l’impression que du coup il est calme et surtout rassuré, on n’a pas de cauchemar à la suite. Je trouve ça fou ces étapes du développement en fait, parce qu’il suffit de lire quelques phrases dans un bouquin pour te rendre compte à quel point c’est « normal », « classique » et logique que les enfants passent par cette phase (pas tous hein, mais du moins s’ils y passent faut pas s’inquiéter). Souvent c’est pour extérioriser quelque chose de la journée, pour évacuer une image ou un stress, comme nous d’ailleurs avec les cauchemars ou les rêves, sauf qu’ils en parlent à voix haute et que nous parfois on n’ose pas dire qu’on a rêvé qu’on se faisait poursuivre par des corbeaux géants (ah si je viens de le dire… bon bah oui j’ai rêvé que je me faisais poursuivre par des corbeaux géants et purée j’ai bien flippé sa mémère).

Et toi, tu gères comment les couchers entre les loups, les serpents, les chiens et les araignées (il parait que ce sont les 4 peurs principales des enfants) ?